bananas in pyjamas radio bananas

Un pyjama à la taille adéquate favorise la liberté de mouvements de celui qui le porte. Imbert, que l’alerte avait surpris dans un pyjama blanc, glissait comme un fantôme au long de sa ligne ; il commentait avec insouciance la situation tactique et il expliquait à ses officiers les derniers ordres du colonel. Maman me dit qu’il était sorti de bonne heure pour enquêter dans les environs avec son « patron ». Sur une pente douce, assis au milieu de son état-major déférent, le colonel fumait paisiblement sa pipe en épiant les progrès de l’ennemi. Il s’arrêta une seconde devant Eva. Ils fumaient et dégustaient béatement à l’ombre d’une voile d’étai tendue au-dessus de leur tête, la béatitude d’exister devant une boîte de bons cigares et devant des cocktails inventés par Powler. Vous m’amusez, mon cher, car vous récitez une leçon bien apprise. Que de fois je n’ai pu l’écouter sans angoisse, comme si devant cette impossibilité de voir, avant de longues heures de voyage, celle dont la voix était si près de mon oreille, je sentais mieux ce qu’il y a de décevant dans l’apparence du rapprochement le plus doux, et à quelle distance nous pouvons être des personnes aimées au moment où il semble que nous n’aurions qu’à étendre la main pour les retenir.

Évidemment, Del Prego, dit Barnett, je m’amuse, et vous avez bien raison de ne pas prendre au sérieux mon petit roman d’aventures, du moins avant d’en connaître le dénouement. Le prince des journalistes, qui ne veut pas se compromettre, refuse de dire un seul mot de l’affaire. Si vous vouliez me dire votre nom… Et je veux vous dire sans plus tarder pourquoi Teddy All’ Keudor, ancien combattant de l’Immense Guerre (on ne dit plus la Grande Guerre, là-bas, ce serait trop petit) a donné à son bar le nom… Ses yeux et son cerveau enregistraient avec précision les moindres détails du spectacle auquel il assistait. » Avec la gravité que lui conférait son incompétence, Pointis approuva ce plan. Du tertre où il s’était placé, Pointis le voyait esquisser une manœuvre désespérée. Dès que nous y verrons assez clair, toutes les faces du bivouac feront une offensive générale pour « donner de l’air » au convoi et faciliter le départ.

L’appréhension qu’il avait éprouvée dès les premiers coups de feu était depuis longtemps évanouie. Dès qu’ils furent seuls, dans le petit salon où se tenait la jeune femme, Marthe fondit en larmes, et Malard, troublé, ne savait plus pourquoi il s’était résolu à faire cette démarche. Rachel jouait un rôle presque de simple figurante, dans la petite pièce. Au premier plan à droite, une porte donnant sur une pièce du château. Une couronne de fleurs est appendue à la porte qui s’ouvre d’elle-même ; un individu marqué de petite vérole est déjà en faction. Mais, grâce à la clarté naissante qui décelait ces préparatifs, l’ennemi comprit que l’instant était propice pour fixer la colonne sur sa position, semer le désarroi, augmenter les pertes et tenter une attaque brusquée. Mais, malgré le clair de lune, ils font plus de bruit que de mal. Sans doute. Mais, en réalité, nos pertes sont légères. Cependant, malgré le clair de lune, malgré les belles cibles que nous leur offrions, nos pertes ne sont pas fortes. » Pointis protesta : « Cependant, les infirmiers et les médecins ne sont pas inactifs. Cependant, le ciel blanchissait à l’Orient.

Au centre, les marsouins, convaincus de l’inutilité de ces ripostes, s’arrangeaient pour reprendre, à l’abri de leurs petits talus, le sommeil interrompu. Des burnous s’agitaient en signe d’appel sur un piton voisin où les guerriers couraient se rassembler à l’abri des roches. Ses fusils firent rage pendant que des groupes de guerriers se faufilaient à travers les palmiers nains pour se rapprocher des tranchées qu’ils supposaient mal gardées. Dans son ignorance de la tactique marocaine, il espérait voir une charge folle des dissidens, lancés en ruée foudroyante à travers le rideau d’infanterie jusqu’au convoi qu’ils disperseraient pour le piller. « Rien à faire jusqu’au jour, dit-il à Pointis qui l’interrogea. Pointis béa d’admiration. Les fantassins gravissaient allègrement les pentes, et les Marocains affolés ne tentaient pas de les arrêter. Peut-être ne l’avais-je entendu qu’en un rêve, par la crainte d’être réveillé, ou au contraire de ne pas l’être et de ne pas voir le défilé. L’escadron se massait sans bruit dans un vallon défilé. Ainsi cherchait-elle dans Prague et ses environs quelque Goethe local à installer dans son palais ou dans une dépendance immédiate de ce palais.